Infos - Souscription

09 75 18 80 51

Vous êtes ici

FSF vs Free : je t'aime, moi non plus.

Trois auteurs de logiciels libres ont fait savoir qu'ils étaient sur le point d'attaquer Free pour non respect de la licence GPL. Free utilise des logiciels libres sans retour à la communauté du libre. Le fournisseur d'accès à Internet aurait modifié les codes sources pour les adapter à la Freebox sans les re-diffuser à la communauté.

La Freebox intègre un firmware permettant de la piloter, ce programme est basé sur le noyau Linux, distribué sous licence GPL. Cette dernière est basée sur le principe que l'utilisateur doit pouvoir exécuter le logiciel sur n'importe quelle machine, avoir accès à son code source, pouvoir l'étudier et l'améliorer, et le cas échéant le redistribuer à l'ensemble de la communauté.

Xavier Antoviaque, représentant des développeurs, a envoyé un ultimatum sous la forme d'un courrier à Iliad avec une injonction de 30 jours pour diffuser son code à la communauté. Si Free ne se conforme pas à la demande, une plainte serait déposée devant le Tribunal de Paris pour violation des droits d'auteur.

A l'origine de ce ce désaccord, trois développeurs : Harald Welte, développeur d'une partie du noyau Linux contenu dans la Freebox, Rob Landley et Erik Andersen. Ceux-ci réclament une modification de la documentation livrée avec la Freebox : « quelques lignes dans la documentation livrée à l'utilisateur, afin de mentionner l'utilisation de logiciels libres dans la Freebox, ainsi que de proposer d'envoyer les codes sources aux utilisateurs en faisant la demande ».

Xavier Niel a répondu à ces attaques auprès de nos confrères de PC INpact. Ce dernier estime que ces attaques ne sont pas sans arrière-pensées : « comme par (nouveau) hasard, celui qui "bouge" (Xavier Antoviaque) est un salarié... Neuf Cegetel ». En effet, Xavier Antoviaque occupe le poste de responsable d'Easyneuf.org, l'ordinateur de Neuf Cegetel basé sur un système d'exploitation Linux.

Xavier Niel se porte en victime, et trouve anormal qu'on s'attaque à Free sur le noyau utilisé dans la Freebox, alors qu'on ne dit rien à propos de la Livebox d'Orange, ou encore la Neufbox 4. Ces deux "box" peuvent être vendues séparément de l'abonnement internet, alors que la Freebox est seulement mise à disposition par Free et reste sa propriété. Selon l'intéressé, « la FreeBox est considérée comme faisant partie de l'infrastructure réseau de Free et n'appartient jamais au client. Le logiciel GPL modifié n'est donc jamais *distribué*. Il ne sort pas du réseau de Free ».

Xavier Antoviaque se défend des accusations de Xavier Niel, et indique qu'il n'est pas salarié de Neuf Cegetel, et que Free ne répond pas à la question : « Ce qui différencie Free des autres FAI, c’est son opposition ferme et publique. Ce qu'il faut voir, c'est que dans la GNU/GPL, le mode de distribution n’a aucune importance : la GPL ne s’attache pas à la vente, mais à la distribution. Il faut un livreur qui amène un paquet chez vous, c’est tout ! Ensuite, il ne s’agit pas d’obtenir grand-chose : les demandes sont simples, l’acharnement serait plutôt du côté de Niel. On n’a jamais eu de réponse de Free sur ces questions, le FAI se réfugiant derrière le paravent juridique précité, mais on ne sait pas pourquoi Free est gêné. C’est ce qui embête les auteurs au final. »

Source : Les Echos / Pcinpact