Free, ou comment gagner de l'argent en en dépensant moins

Free serait-il radin ? Depuis 18 mois, les campagnes publicitaires du trublion du net sont lancées à peu de frais. Mais leur impact est une réussite. Les Echos ont analysé ce phénomène... dangereux. La saga "cretin.fr" a été plebiscitée par le grand public, et a été conçue par Publicis Dialog, l'agence marketing qui s'occupe du fournisseur d'accès internet (FAI) depuis 2002. La saga "Expliquez au consommateur que, pour refuser une telle offre, il faut vraiment être un crétin !", rapportaient Les Echos la semaine dernière. 12 spots ont été réalisé sur ce modèle : un abonné au FAI cretin.fr paie un maximum pour une absense totale de services, contrairement, bien entendu, à Free qui, pour un montant unique et toujours inchangé de 29,99 euros, en propose toujours plus selon son leitmotiv : "avoir toujours une innovation d'avance, en donner plus, avant les autres". D'après les Echos, le coût de ces campagnes de pub est "remarquablement faible". La où Orange consacre 78,35 millions d'euros à son budget publicité Neuf plus de 128 millions d'euros, Free se contente de 34 millions d'euros bruts en 2006 (source Secodip). Free comptait 2.278.000 d'abonnés en fin d'année dernière, "ne dépense que 41 euros pour recruter chaque nouvel abonné, contre 68 chez Orange, 222 chez Neuf Cegetel... et 440 chez Club Internet", révèlait le Nouvel Observateur en septembre 2006.

Commentaires